AMON AMARTH / DARK TRANQUILLITY / OMNIUM GATHERUM (La Rodia) 05/04/2017

 

Après avoir patienté une petite demi-heure au pied de la Rodia, nous accédons enfin à la salle tant convoité. Muni de mes bouchons d’oreilles, je m’installai tout devant, à droite de la scène.

C’est alors que commence à jouer le premier groupe de la soirée :

OMNIUM GATHERUM. Je ne connaissais que de nom et je dois dire que sans les problèmes de sons que je ressentis tout au long de leur set et un manque de place notoire sur la scène (la batterie d’AMON AMARTH ainsi que les escaliers de chaque coté de celle-ci plus le clavier et la batterie de DARK TRANQUILLITY tenant bien les trois quarts de la scène), ils n’avaient pas beaucoup d’espace pour bouger. Mais ça n’empêchait nullement les musiciens de jouer leur set convenablement et de s’éclater. Ce groupe officie dans un death-metal des plus conventionnels mais avec quelques accès de brutalité bienvenue par moments. Le chanteur tenait bien la barre du set et enchaina les titres avec une dynamique bien lancée. Ils m’ont quand même laissé une bonne impression.

Passons aux choses sérieuses avec la venue du groupe DARK TRANQUILLITY et leur chanteur Michael Stanne bien sympathique et en forme ce soir comme le restant du groupe. Officiant dans un death-metal mélodique, leur set débute par le cinquième titre de leur dernier album ATOMA, « Force of Hand » qu’ils sont venue nous prouver ce soir, sa jouabilité et sa musicalité en live. La suite de leur live pioche un peu dans tous leurs albums incluant même « ThereIn », un titre de « Projector », leur quatrième album. Un concert bien enlevé et faisant jammé le public entier.

Faisons place au groupe de la soirée : AMON AMARTH et leur viking metal pas piqué des hannetons et fort mélodique par moments, comme le prouve leur dernier album : « Jomsviking ». Le public étant déjà bien chauffé par les deux groupes précédant, ils n’eurent aucun mal à accentuer la joie de celui-ci d’être venue ce soir. Il faut dire que ça envoie le bois direct, un groupe officiant dans ce style et l’ajout de personnages joués par des figurants habillés en viking et faisant joué de l’épée avec virulence jusqu’à simuler la mort d’un, ne faisait qu’accentuer le plaisir et la fougue du public qui compressait de plus en plus les personnes placés devant. Certains morceaux passent moins bien l’épreuve du live, sonnant différemment et ayant moins de pêche que sur leur dernier album : je pense notamment à « Ten Thousand Burning Arrows » qui manquait un peu de pêche par moments, surtout sur le break mélodique, la batterie étant légèrement en retrait au niveau son. Par contre « The Way Of Vikings » a une puissance phénoménale en live. Les anciens titres passent aussi allègrement l’épreuve du live, surtout « Twilight of The Thunder God » qui percute direct le public ainsi que la scène avec Johan frappant son marteau avec rage et élan. En clair, un live et un concert qui restera positivement dans ma mémoire, et pour longtemps. Une franche tarte en pleine gueule… Jusqu’à la prochaine…

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *