Sepultura – Machine Messiah (2017)

Sepultura est, sans aucun doute, l’un des plus grands groupes de Thrash Metal de la planète, et également l’un qui divise le plus le public. D’un côté les fans ne jurant que par l’époque des frères Cavalera, et de l’autre ceux qui, toutefois, apprécie l’époque citée précédemment, mais ne crache pas sur une nouvelle ration du groupe.

Il est vrai que l’ère post-Roots fut très compliqué pour Sepultura, et beaucoup enterraient déjà le groupe…

Mais Sepultura revient en 2017 avec un nouvel album intitulé Machine Messiah doté d’une pochette haute en couleur, sans doute à l’image de cette nouvelle galette !

L’album s’ouvre avec le titre éponyme faisant penser à l’album Magma de Gojira. La magnifique voix suave de Derrick Green et la mélodie calme, mais profonde, n’y sont clairement pas étrangères. Puis cette jolie montée en puissance explose, révélant les impressionnantes capacités vocales du chanteur.

« Machine Messiah » laisse la place à « I Am The Enemy » d’une efficacité redoutable, certes pas vraiment original mais sa puissance ne peut vous laisser indifférent, a moins d’être sourd…

L’album continue avec « Phantom Self » qui ne cessera de vous hanter par sa magnifique mélodie et la voix puissante de Derrick. Sans doute l’un des meilleurs titres de cet album.

Le titre suivant, « Alethea » passe malheureusement quasi-inaperçu malgré un début à la batterie remarquable… Mais court ! Le titre instrumental de cet album, « Iceberg Dances » aura vite fait de me soulager par sa qualité de composition et son approche quelque peu progressive… Sepultura ne cesse donc de surprendre son auditeur… Et en bien !

Voici que nous entamons la seconde partie de ce « Machine Messiah » avec le titre « Sworn Oath » et son refrain accrocheur et ses mélodies travaillés. « Resistant Parasites » ,« Silent Violence » et « Vanals Nest » suivent la même voie sans rien y apporter… Ces titres seront sans doute beaucoup plus appréciables en concert.

Heureusement, « Cyber God » intervient pour titiller de nouveau mes oreilles, avec un début aux airs de Slipknot, et encore une fois Derrick Green ne cesse de nous époustoufler avec sa voix aérienne mais redoutable quand il le faut.

Puis ce nouvel album se ferme sur les titres « Chosen Skin » et « Ultraseven No Uta », bon voire festif pour le dernier mais n’apportant pas grand-chose…

Sortez vos pelles et déterrez Sepultura ! Les Brésiliens en ont encore sous la pédale ! Machine Messiah ne cesse de surprendre son auditeur par ses nombreuses influences, apportant une profondeur, une beauté et une puissance à toute épreuve.

 

7.5/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *