Dark Tranquility -Atoma

Dark Tranquility est de retour en cette année 2016 avec un nouvel album intitulé « Atoma ».

Cet album succède à « Construct », paru trois ans plus tôt, et ce qui est sûr, c’est que Dark Tranquility continue à nous faire rêver, même au bout de 33 ans de carrière. Mais est-ce qu’Atoma est une exception ?

Tout commence avec le titre « Encircled ». Simple mais efficace, une bonne mise en bouche. Puis le titre « Atoma » prend la relève, et là, mes oreilles frétilles (oui c’est possible ok ?). Une mélodie entêtante, des arrangements électroniques aussi bien futuristes que mélancoliques, un chant clair magnifique et un growl dosé à la perfection. Un coup de cœur.

La suite sera-t-elle aussi enthousiasmante ? Oui et Non.

C’est au tour de « Forward Momentum » de prendre le flambeau. Le titre en lui-même est très bon mais contient beaucoup trop de similarités avec « Atoma », à tel point d’avoir l’impression d’être resté bloqué sur replay…

« Neutrality » pointe le bout de son nez avec une introduction calme… avant la tempête ? Oui ! car nous avons affaire avec l’un des titres les plus pêchus de l’album. Malheureusement, l’originalité n’est pas vraiment au rendez-vous, malgré des riffs de guitare pas piqués des hannetons (désolé je devais la placer).

Puis nous tombons dans le creux de l’album… « Force Of Hand » est bon mais loin d’être exaltant tout comme « The Pitiless », et « Faithless by Default » ne changera pas la donne malgré son ambiance sombre assez plaisante.

Atoma remonte doucement la pente de la créativité avec le titre « Our Proof of Life », incluant, de nouveau, le chant clair, mais les arrangements, en fond, ressemblent étrangement à ceux du titre « Atoma » (décidément). Il est suivi par « Clearing Skies », « When the world Screams », « Merciless Fate » et « Caves and Embers » (qui eut un effet soporifique sur moi).

Puis arriva « The Absolute ». Wow. Des arrangements électroniques aux petits oignons donnant une ampleur conséquente au titre, une mélodie faisant penser à du Radiohead (si si !), un chant clair qui ne cesse de mettre la chaire de cocotte… Sublime.

« Time Out of Place » est dans la même veine avec des arrangements électroniques impressionnants… Vous allez m’insulter si je dis ça, mais ce genre de composition me fait penser à un mélange de Depeche Mode et de Radiohead. Pourtant nous sommes bien sur un album de Death Metal mélodique, à la base.

En bref, Dark Tranquility continue bel et bien de nous faire rêver avec un « Atoma » de qualité. Malgré certains titres bon, mais sans plus, l’album contient de véritables bijoux comme « Atoma », « The Absolute » et « Time Out of place », qui font très vite oubliés ses quelques lacunes.

 

7.5/10

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *